Aurora 3

L’orbite des Titans éjecte son œil noir.

Soudain le monde entier ne peut plus rien y voir

Et redoute une nuit pour toujours aveuglante.

L’ivoire fossile des épaisses ténèbres

A perdu son éclat qui annonçait le jour.

La fille qui courait devant notre soleil

Aurait-elle été enlevée ?

Aurora tourne en rond depuis les premiers temps.

 

Aurora surgit de l’entaille de la nuit.

Mais sa flamme vacille et aussitôt s’éteint,

Puis se rallume sous ma couette

Au lieu de rejoindre les grands cercles célestes.

 

L’incendie embrassé dans un profond vertige

Explose et se pâme sous nos palpitations.

Nos vapeurs aux pourpres pâleurs

Font bouillir la rosée au cœur des sexes des fleurs.

 

Aurora lèvera encore ses bras roses

Pour étirer son corps le long des horizons

Et m’enlacer au fond d’un lit.

Nos rendez-vous sont pris pour des matins ravis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *