Perception disloquée

Tu es la corde de mon cœur,

La pulsation des guitares.

Tu es le rêve de tout arbre,

Le vert feuillage de mes nuits.

 

Tu es la Rome du silence,

Mon soleil tombé du forum.

Tu es l’ombre du Duomo,

L’autre ville entre chien et loup.

 

Tu es le feulement des toits,

La lune des hauts lampadaires.

Tu es la langue du chagrin,

La perle saignant sur les lèvres.

 

Tu es les seins de mon sommeil,

La chaleur des draps sur le corps.

Tu es mon livre de paupières,

Le regard des pages noircies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *