Récolte

La nuit s’endort sur ton corps nu

En nuées d’or et de prières inconnues.

Les montagnes broyées s’entortillent à tes pieds,

Les rivières de Suisse glissent sur tes cuisses,

Les forêts en feux caressent tes cheveux,

Les plaines armoricaines effleurent tes seins,

Les villes d’autrefois se nouent à tes doigts,

Les oasis des abysses lèchent tes lèvres,

Et viennent ensemencer ta tête

Avec des rêves de paillettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *