Rêvassées

Rêvassées dans l’averse incolore,
les caresses de nos corps enlacés
apparaissent dès l’aurore angoissée,
Météores en détresse cadencée.
Arabesques aux accords embrasés
dans l’ivresse d’une flore rosacée,
la tendresse sous les ors tamisés
se renverse. Pas assez. Trop hardcore.
Et le geste empressé se rendort.
La tristesse verglacée s’évapore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *