Signal

L’aurore s’agenouille

Sur la berge du ciel

Découvre sa poitrine

Et pose sans parole

Ses lèvres sur le monde

 

Le feu de ses cheveux

Berce au rythme des rides

La folie des malheurs

Que crachent les années

Au front de notre idylle

 

Écoute ma chérie

Le cri interminable

De l’âme de la nuit

Qui brûle sous le souffle

De la marée des rêves

 

En un enfer de lave

Une clarté se lève

Étire son sillon

À travers les courants

De nos jours d’agonie

 

Un regard d’épouvante

Qui rabat ses paupières

Sur la plage secrète

Où s’éveille sans tête

Notre avenir pivoine

 

Ouvre tes bras profonds

Comme une nage sourde

Une île à la dérive

Au miroir des nuages

Nos sourires se suivent

 

Je me recouche en toi

Pour refermer ta plaie

Une dernière fois

Mourir dans ta beauté

Au corail poissonneux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *