Trophée

Ne lancez pas vos chats de gouttière

Patrouiller sous les pluies de la mélancolie.

N’envoyez pas vos sorcières des enfers

Poursuivre le vent à travers les nuits de lave.

Ne brassez plus l’écume de la folie

Dans votre chaudron d’abysses tentaculaires.

Votre bouche de sel peut desceller le fer

De vos lointains démons et de vos faux esclaves.

Que les orages bourdonnent dans vos yeux

Ou que le feu tournoie autour de vos seins,

Je t’appartiens

Si tu le veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *