Wagon 38

Derniers baisers d’adieu

A travers une glace.

Nos longs regards pluvieux

Se sont dissolus dans l’espace.

 

Le train a avancé

Traînant l’ombre que j’aime

Sur le rebord du quai.

Se quittent nos visages blêmes

 

Sans voix s’en vont les rails,

M’arrachant les entrailles.

 

Ces rails qui, sûrement,

Vont voyager à mes côtés,

Etirant mes mornes pensées

 

Comme une toile d’araignée

Effilée par le vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *