Expédition

À bord du véhicule

Portatif électrique,

Tu survoles et calcules

Les ruines domestiques.

 

Le nœud des galaxies

Te donne un air sévère.

Dans un mythe infini

Tu célèbres ta guerre.

 

Ta milice des cœurs

Accumule les torts.

Mais elle n’a pas d’heure

Pour enterrer ses morts.

 

Tu pourrais me quitter ?

Tu pourrais me quitter.

 

Ton doute est une fièvre

Dans le fracas des ondes,

Quand tu te mords la lèvre

En combattant le monde.

 

Armement à la pointe

De tes seins métalliques ;

A l’issue de tes craintes,

Le silence panique.

 

Tu tournes tes grimaces

Vers le fantôme en feu

Des furies des angoisses

Qui colle à tes cheveux.

 

Tu pourrais me quitter ?

Tu pourrais me quitter.

 

Reine exterminatrice

Mitrailleuse en colère,

Tu déstockes ta matrice,

Restes de biosphère.

 

Aux naissances des jours,

Soleil artificiel

Et projecteur d’amour

N’absorbent pas ton fiel.

 

Orgueil fluorescent

En satellite en marge,

Aux débris du printemps

Tes charniers n’ont pas d’âge.

 

Tu pourrais me quitter ?

Tu pourrais me quitter.

 

Pénurie de confiance

En boîte de conserve.

Tu retires ton alliance

Barbelés en réserve.

 

Tes attentats-suicides

Surveillent tout signal.

Ta beauté translucide

N’a pas trouvé d’égale.

 

Sentinelle blessée

Aux roulements des femmes,

Tu regardes tomber

Ton Alpha Jet en flammes.

 

Tu pourrais me quitter ?

Tu pourrais me quitter.

 

Revenons à la base

Pour déposer les armes,

Que tu détruises et rases

Les cachots de nos drames.

 

Je t’emmène envahir

Des lendemains d’oubli,

Un pays où vieillir

Dans le corps de l’ennemi.

 

Tu peux pleurer la nuit

Qui chauffe ton visage,

Tu as tué le bruit

Dans les ténèbres sages.

 

Tu pourrais me quitter ?

Tu pourrais me quitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *